« Il ne s’agit pas de tout changer, mais seulement de poser un premier
     geste d’amour envers vous-même... » Jean Lapointe
Jean Lapointe_Jean-Charles-Labarre
MJL_10_accueil-une-reference_C1V1

Écrivez-nous pour information ou admission:






btn_appelez_4

pixel


Vous désirez déployer un atelier
de prévention dans votre école
ou votre organisme ?

Communiquez avec nous sans tarder!


Par téléphone:  514 288-2611

Par courriel:
prevention@maisonjeanlapointe.org
MIJT-module-apte_2_01 MIJT-module-apte_2_02 MIJT-module-apte_2_03
 

Nomination

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances souhaite la bienvenue à Anne Elizabeth Lapointe, nouvelle membre de son conseil d’administration

Anne Elizabeth LapointeOTTAWA, 9 octobre 2018 – Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de sustances (CCDUS) est fier d’annoncer la nomation d’Anne Elizabeth Lapointe à son conseil d’administration. Il s’agit de l’une des cinq nominations par le gouverneur en conseil annoncées par la ministre fédérale de la Santé.

Mme Lapointe est la directrice générale du Centre québécois de lutte aux dépendances et de la Maison Jean Lapointe (volet programmes de prévention) depuis 2016. Elle possède 20 ans d’expérience dans le domaine des dépendances et de l’usage de substances, dont 15 années en prévention.

Selon Vaughan Dowie, président du conseil du CCDUS, « Le leadership et l’esprit stratégique de Mme Lapointe sont bien connus. Avec CCDUS qui travaille à concrétiser son mandat et à relever de nouveaux défis, Mme Lapointe aura un grand rôle à jouer au conseil. »

Parmi les champs de spécialisation de Mme Lapointe, mentionnons les dépendances comportementales, comme le jeu problématique, et la prévention et le traitement de la dépendance dans toutes ces formes. Elle a participé à la conception et à l’évaluation des programmes de prévention de la Maison Jean Lapointe et du Centre québécois de lutte aux dépendances – programmes qui aident plus de 100 000 jeunes chaque année.

« Le CCDUS accueille avec plaisir la nomination de Mme Lapointe à son conseil, a affirmé Rita Notarandrea, première dirigeante du CCDUS. Spécialiste reconnnue de son domaine, elle connaît bien les enjeux liés à l’usage de substances – en particulier ceux touchant la prévention et l’intervention auprès des jeunes – et elle jettera une lumière nouvelle et influera les travaux du CCDUS. »

Couramment bilingue, Mme Lapointe est titulaire d’un baccalauréat ès arts (communications et études des médias) et d’un diplôme en gestion de l’Université de Montréal, ainsi que d’un diplôme de 2ecycle en toxicomanie et éthique de l’Université de Sherbrooke.

Le CCDUS

Le CCDUS a été établi en 1988 par une loi du Parlement avec l’appui de tous les partis. Il assure un leadership à l’échelle nationale pour réduire les méfaits de l’alcool et de la drogue.

Le conseil d’administration du CCDUS se compose de 13 membres. Le président et quatre membres sont nommés par le gouverneur en conseil. Le recrutement des autres membres, appelés membres de la communauté, se fait à partir d’un certain nombre de secteurs, notamment le milieu des affaires, les groupes ouvriers et les organismes professionnels et bénévoles. Le mandat des membres est de trois ans et peut être renouvelé à deux reprises.
COMMUNIQUÉ

Le Gouvernement du Québec accorde une subvention de 1,5 M$ à la Fondation Jean Lapointe
 

Québec, le 9 avril 2018 – Dans le cadre des mesures mises en œuvre pour mieux prévenir les conséquences de la consommation de drogues, et en particulier du cannabis, le Gouvernement du Québec a accordé une subvention de 1,5 M$ à la Fondation Jean Lapointe pour soutenir des actions de prévention de l’usage de substances psychoactives chez les jeunes. La Fondation s’est pour sa part engagée, dans le cadre de ce financement, à ajouter un montant égal à celui fourni par le gouvernement, ce qui porte à 3 M$ les ressources financières consacrées à ce projet.

La ministre déléguée à la Réadaptation, à Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, madame Lucie Charlebois, ainsi que le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, monsieur Sébastien Proulx, ont procédé aujourd’hui à l’annonce de ce financement qui contribuera à appuyer les efforts de lutte contre la banalisation du cannabis chez les adolescents.

La somme accordée à la Fondation Jean Lapointe appuiera le déploiement et l’expansion du programme APTE, un programme intégré de prévention qui sera offert gratuitement en milieu scolaire. Ce programme s’adresse aux adolescents, aux parents et aux enseignants.

Citations :

« Ce partenariat novateur que nous établissons avec la Fondation Jean Lapointe nous permettra de mettre à profit l’expertise de cet organisme et de bénéficier d’une approche qui a fait ses preuves en matière de prévention des dépendances. Ainsi, nous prenons les moyens nécessaires pour nous préparer collectivement à la légalisation du cannabis imposée par le gouvernement fédéral, en vue de protéger la santé et la sécurité des jeunes du Québec, dont l’épanouissement nous tient tout particulièrement à cœur. »

   - Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie

« Je me réjouis que notre gouvernement ait à cœur de soutenir les initiatives de la Fondation Jean Lapointe auprès des jeunes, ces derniers étant tout particulièrement vulnérables à l’usage de substances comme le cannabis. Il faut rappeler que de telles substances peuvent avoir un effet négatif sur leur développement, et tout particulièrement sur leur parcours scolaire, ce qui pourrait avoir des conséquences sur toute leur vie par la suite. Avec cet appui au programme APTE, nous nous assurons de mieux les accompagner et les outiller, et ce, au bénéfice de l’ensemble de la société. »

   - Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport


« Aujourd’hui, nous annonçons une excellente nouvelle pour l’ensemble des jeunes du Québec. Je suis très content de constater les efforts de notre gouvernement en matière de prévention des dépendances et qu’ensemble, nous continuons de travailler pour bâtir un Québec à l’image de nos jeunes. »

   - André Drolet, député de Jean-Lesage

« La lutte contre les dépendances a été le combat de toute ma vie et la prévention auprès des jeunes une priorité. Je remercie le Gouvernement du Québec qui nous permet, grâce à ce partenariat, de remplir cette mission de protéger les jeunes contre les pièges de la dépendance. »

   - Jean Lapointe

« Grâce à cet appui historique pour la Fondation Jean Lapointe, dans 3 ans, 85% des élèves du secondaire auront été rencontrés plus d’une fois, permettant ainsi aux jeunes de développer les connaissances et les compétences nécessaires pour faire des choix éclairés face à la consommation d’alcool, de cannabis et des autres drogues. »

   - Annie Papageorgiou, directrice générale de la Fondation Jean Lapointe


Faits saillants :

Notons que le financement octroyé servira à l’implantation et à l’expansion des activités suivantes :

• ateliers de sensibilisation « Mon indépendance, j’y tiens! »;
• programme de prévention APTE de groupe;
• programme pour les proches aidants APTE parents et enseignants.

Le financement accordé, qui se rapporte à l’exercice financier 2017-2018, est assuré par un transfert de sommes octroyées dans le cadre du volet dépendances de la mise à jour économique annoncée en novembre dernier.

Rappelons que cette subvention s’inscrit en cohérence avec les mesures ayant pour but de mieux encadrer l’utilisation du cannabis sur le territoire québécois, à la suite du projet de loi fédéral visant la légalisation de cette substance, dont l’entrée en vigueur est prévue pour août prochain.


Renseignements : 
Anne-Marie Caron
Fondation Jean Lapointe
514 442-9775




Geneviève Lefebvre, Anne Elizabeth Lapointe, Jean Lapointe, Rodrigue Paré, Annie Papageorgiou






de gauche à droite:
Luc Chabot, président du conseil d'administration de la Maison Jean Lapointe
Annie Papageorgiou, directrice générale - Fondation Jean Lapointe
Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport
M. Jean Lapointe
Lyne Charlebois, ministre déléguée à la réadaptation, à la protection de la jeunesse,
à la santé publique et aux saines habitudes de vie
André Champagne, président du conseil d'administration dela Fondation Jean Lapointe
Anne Elizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean Lapointe - prévention

La Maison Jean Lapointe étend son programme d’aide à la famille et à l’entourage

COMMUNIQUÉ

Montréal, le 18 mai 2017 : – Suite au constat des intervenants de la Maison Jean Lapointe sur les effets dévastateurs subis par la famille et l’entourage reliés à l’abus de drogues, d’alcool et de jeu pathologique de l’un des leurs, la directrice générale des programmes de réadaptation de la Maison, Geneviève Lefebvre lance officiellement aujourd’hui le volet grand public de son Programme d’aide à la famille et à l’entourage (PAFE).

Selon madame Lefebvre : « Nous observons combien ces proches sont affectés, souvent même à leur insu et, à quel point, ils ont un urgent besoin d’aide et de soutien. Mais, en général, ils attendent trop longtemps avant d’y recourir. Pendant ce temps, la dépendance d’un être aimé progresse et, c’est malheureusement en état de crise ou suite à une catastrophe, qu’ils en viennent à accepter l’aide disponible. », a-t-elle confié.

pAFEDepuis sa fondation en l982, la Maison Jean Lapointe suit l’évolution des contextes de consommation, s’adapte aux nouvelles réalités et étudie les impacts de l’alcoolisme, de la toxicomanie et du jeu pathologique sur la famille. Ainsi, elle est en mesure de mieux accompagner les personnes dévastées par la consommation excessive d’un être cher et de leur apporter des pistes de solutions adaptées à leur situation particulière. 

L’approche
L’approche de la Maison Jean Lapointe vise d’abord à conscientiser la famille et l’entourage sur les problématiques reliées à l’alcool, aux drogues et au jeu pathologique, à identifier les comportements et les rôles que chacun joue dans ce contexte – et qui entretiennent une dynamique relationnelle inappropriée –, puis à élaborer de nouvelles façons de voir et de penser, permettant de trouver du soulagement. Dans un cadre respectueux et confidentiel, animé par une solide équipe de conseillers, les participants sont à même de découvrir les bienfaits de partager avec des personnes qui vivent des situations semblables et d’entendre des témoignages de gens qui ont mis en pratique dans leur vie les principes acquis au PAFE.

Le déroulement
Le Programme d’aide à la famille de la Maison Jean Lapointe est constitué d’une fin de semaine intensive, d’un suivi mensuel aussi longtemps que les gens en ressentent le besoin, d’un support téléphonique et d’une possibilité de rencontre individuelle.

Au cours de la fin de semaine proposée par le PAFE, les participants acquièrent une vision plus réaliste du problème. Leur vie prend soudainement un nouvel envol. Ils ne sont plus seuls et sans ressources face à une situation qui les dépasse. Ils ont maintenant un lieu pour en parler, des gens avec qui échanger et des outils concrets pour faire face aux situations qui se présenteront. Ils ne sont plus dans le déni et ont un plan pour retrouver la paix, une joie de vivre. Ils savent maintenant qu’en changeant leurs attitudes et leurs comportements, ils peuvent influencer favorablement leur entourage, y compris la personne en difficulté.

Le PAFE, pour qui ?
Le PAFE n’est pas uniquement dédié aux proches des personnes en traitement à la  Maison Jean Lapointe, mais à toutes personnes vivant avec le doute ou la certitude qu’un des siens est en difficulté. Que ce soit au sein de la famille, d’une relation amoureuse ou amicale, ou dans le cadre du travail, le PAFE procure l’information et les outils pour rétablir un équilibre au milieu du chaos, de la souffrance et de l’incompréhension causés par la dépendance.

Madame Lefebvre conclut ainsi : « Si vous n’arrivez pas à régler une situation malsaine malgré toutes vos tentatives de la contrôler, si vous ne savez plus comment agir, quoi dire et quoi faire, si vous vous sentez sans ressources, impuissant, tourmenté, dans le questionnement ou dans le doute, n’hésitez pas à nous contacter. Notre expérience a démontré qu’il n’y a pas de situation trop difficile pour être améliorée, ni malheur trop grand pour être soulagé. »

La dépendance est un mal familial et le changement d’attitude d’une seule personne peut avoir des impacts positifs sur le reste de la famille, y compris sur la personne qui consomme.

Communiqués

Nomination

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances souhaite la bienvenue à Anne Elizabeth Lapointe, nouvelle membre de son conseil d’administration. Lire la suite.

Brunch annuel de reconnaissance des bénévoles

 Le brunch annuel des bénévoles de La Maison Jean Lapointe, tenu à l’hôtel Sandman de Longueuil, le dimanche 19 novembre dernier, fut une réelle célébration de l’entraide. Lire la suite


ArreteAmaison_2015-300
Certification

La Maison Jean Lapointe est certifiée par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CCSMTL), qui est responsable de la certification de toutes les ressources privées ou communautaires offrant de l’hébergement en dépendance (RHD) situées sur le territoire montréalais. 
 
Pour La Maison Jean Lapointe, la certification s’applique au(x) service(s) suivants : ressource offrant des services de thérapie et ressource offrant des services d'aide et de soutien à la désintoxication.

Jeu_demystifie.jpg